Tango Mio and Co. Brèves de Tango

Chroniques Porteñes #34 – Les grossiers de la milonga

Appuyée contre le bar de la Viruta, je regardais la piste tout en me délectant de la si bonne musique que passe « le Pebete », un grand du tango. J’étais installée à côté de mon compagnon, et d’un grand danseur milonguero très traditionnel, avec qui nous discutions. Un type passe, une

Continuer à lire…

Tango Mio And Co. a déjà soufflé sa première bougie !

Le temps passe, tellement vite que je ne me suis même pas rendue compte que Tango Mio avait déjà passé son premier anniversaire ! Tango Mio, ce sont 87 articles publiés, dont 17 interviews (cinq encore dans les bacs), plus de 30 chroniques porteñes, 2 voyages à Buenos Aires, dont

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #33 – Le tango comme outil de drague ?

Quelques mois après avoir commencé à danser le tango, je suis partie vivre dans une capitale européenne. Un soir je suis allée avec plusieurs amies étrangères (qui dansaient depuis plus longtemps que moi) à une milonga tenue par des argentins. Très élégants dans leurs costumes, les cheveux gominés, ils étaient

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #32- Et au sujet de l’odeur…

L’odeur qu’on aime en milonga, c’est celle des cheveux propres, du savon, du parfum. Celle du bonbon à la menthe ou du café. L’odeur de la transpiration en milonga est inévitable, mais elle peut être agréable. Elle est l’autre, elle révèle un peu plus qui il est. Cela fait partie

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #31 – Les pénibles de la milonga épisode 2

J’en parlais dans cet article : il y a en milonga (et comme partout d’ailleurs), des pénibles. Il y en a de toutes les sortes, et plus on sort, plus on se rend compte que ce qui paraissait normal dans une milonga devient presque un outrage lorsqu’on a compris que

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #30 – Les femmes du tango se détestent-elles?

Le tango reflète la société et les comportements humains, on le sait, on dit même qu’il les exacerbe. Dire donc que les femmes se détestent dans le tango serait presque une évidence. C’est en milonga l’autre jour que j’ai commencé à formuler cette interrogation que je sentais poindre depuis quelque

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #29 – Le tango, cette étonnante famille

La communauté de tango est à la fois grande et minuscule. Il y a beaucoup de gens, beaucoup de branches très différents qui se croisent, se mêlent, se nourrissent les unes des autres. Ici à Buenos Aires, on ne sait plus où donner de la tête tant il y a,

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #28 – La Puissance du Tango

Le tango a quelque chose de magique. Il se passe des choses puissantes, qui nous touchent parfois profondément sans même qu’on sache pourquoi, sans même qu’on y connaisse quoi que ce soit. Et cela m’émerveille toujours. J’allais l’autre jour voir le film-documentaire « Salgan & Salgan », de Caroline Neal, la réalisatrice

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #27 – Les pénibles de la milonga épisode 1

On arrive parfois pimpantes, ravies de danser, excitées et pleines d’enthousiasme. Parfois la milonga est un moyen de se changer les idées, comme je le disais, et parfois on est d’humeur excellente et on veut juste danser. On arrive, joyeuse, on dit bonjour, on reconnait des amis. Un rapide coup

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #26 – La Force du Tango

Froid, fatigue, moral un peu bas : non, on n’a pas toujours envie de sortir danser. A quoi bon, avec cette humeur de chien, risquer de passer sa soirée assise sur une chaise à broyer du noir et haïr la terre entière en pensant que le tango est élitiste, inaccessible

Continuer à lire…