Tango Mio and Co. Chroniques Porteñes

Chroniques Porteñes #48 – Les moches au tango

Désolé, cet article est seulement disponible en Español.

Célébrer la vie et l’amour sur un air de tango

Je voyais fleurir en début de semaine des messages d’amour, des promesses intenables, des photos d’amoureux transis. La Saint-Valentin a cela de joli qu’elle incite à l’amour, l’indulgence, la gentillesse, l’attention. Mais je me demande toujours pourquoi ne pas célébrer l’amour tous les autres jours ? Célébrer la vie, l’amitié,

Continuer à lire…

Chronique porteñe #47 : Je vais t’apprendre quelque chose…

Désolé, cet article est seulement disponible en Español.

Chroniques Porteñes #46 – La dernière tanda

Désolé, cet article est seulement disponible en Español.

Chroniques françaises #7 – Petite enquête tanguesque…

On entend beaucoup de choses, de plaintes, de joies, d’histoires de tango. Tristes ou gaies, incroyables ou anodines. Le tango change parfois radicalement la vie de certains, pour d’autres c’est une simple activité du samedi soir… J’aimerais poser une question, une seule, et j’espère avoir des réponses : Pourquoi le

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #45 – Tais toi, ça vaudra mieux

J’ai longtemps hésité avant d’écrire cette chronique, parce que celui qui en est à l’origine pourrait-être blessé et je ne le souhaite pas. Mais après tout, il m’a blessée, moi, et sans doute d’autres, et il appartient pour moi désormais – et à tout jamais – à cette catégorie des

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #44 – Cette sensation si extraordinaire

Se motiver, s’habiller, sortir. C’est chaque fois pareil. Le chaos de la rue, le bruit et la fureur dès qu’on met le nez dehors. Affronter le froid en attendant le bus ou bien lutter contre le vent sur le vélo. S’empêtrer dans les multiples couches de vêtements, gants, écharpe, bonnet…

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #43 – Cet étrange sentiment de culpabilité

Depuis que je vis à Buenos Aires, on ne cesse de me dire (depuis l’étranger ou ceux qui sont en visite), que sans doute je sors tous les soirs et que mon niveau doit être maintenant quasi professionnel, (d’ailleurs, pourquoi ne pas envisager une conversion en donnant des cours? –

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #42 – Il n’en suffit que d’un…

…Un qui danse différemment, qui a un niveau plus avancé, qui a des attentes importantes, qui ne pense qu’à la technique, qui ne pense qu’à briller. Un qui ne chercher pas à créer une connexion, qui n’attends même pas que l’abrazo soit installé pour se lancer comme un fou sur

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #41 – Les femmes qui guident

Désolé, cet article est seulement disponible en Español.

  • 1 2 5