Tango Mio and Co. Chroniques Porteñes

Chroniques Porteñes #40 – Miroir mon beau miroir, qui est le meilleur ?

Parfois je regarde la piste d’une milonga ou d’une pratique et je m’amuse à penser : « Qui faudrait-il sortir de là ? » Je fais des catégories : ceux qui se la jouent sensuels et bavent dans l’oreille de leur partenaire, ceux qui fusionne tango, danse contemporaine et je ne sais

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #39 – Les touristes français à la milonga

Les touristes français viennent parfois en solitaire ou en couple, et parviennent à se fondre dans la masse parfois indistincte des étrangers dans les milongas. Souvent toutefois, ils se rallient aux premiers français qu’ils croisent pour ne pas se sentir perdus en pays inconnu. On finit quand même par les

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #38 – Dos… Lo que se disuelve, une pièce retentissante

Le samedi 15 janvier j’ai eu le plaisir d’être invitée à la Première de la nouvelle oeuvre de la compagnie de danse DNI tango. On ne savait pas bien à quoi s’attendre, à part à une oeuvre d’un style profondément différent et nouveau, et de grande qualité. Et je n’ai

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #37 – Du tango sur les écrans

L’esthétique, les couleurs, la photographie, les voix, les pas, les notes, les mots… Tout est beau dans ce film de Germán Kral, un pari osé et superbement réussi. La rencontre de Maria Nieves et Juan Carlos Copes, un des plus grands couples de tango de tous les temps (si non

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #36 – Une vie de tango

J’ai la chance de vivre à Buenos Aires et travailler à des horaires très commodes pour pouvoir aller danser jusqu’au petit matin en pleine semaine si je le souhaite, sans me préoccuper « de devoir aller au boulot à 9h demain. » Les gens qui vivent à Buenos Aires (pas seulement pour

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #35 – Milonga ou supermarché ?

Discutant avec une copine pendant une milonga, j’ai aperçu un homme graviter autour de nous, nous regardant sans aucune retenue. Je ne lui ai porté aucune attention puisque j’étais en train de discuter et que je ne souhaitais pas danser à ce moment-là, sinon je serais partie de l’autre côté

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #34 – Les grossiers de la milonga

Appuyée contre le bar de la Viruta, je regardais la piste tout en me délectant de la si bonne musique que passe « le Pebete », un grand du tango. J’étais installée à côté de mon compagnon, et d’un grand danseur milonguero très traditionnel, avec qui nous discutions. Un type passe, une

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #33 – Le tango comme outil de drague ?

Quelques mois après avoir commencé à danser le tango, je suis partie vivre dans une capitale européenne. Un soir je suis allée avec plusieurs amies étrangères (qui dansaient depuis plus longtemps que moi) à une milonga tenue par des argentins. Très élégants dans leurs costumes, les cheveux gominés, ils étaient

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #32- Et au sujet de l’odeur…

L’odeur qu’on aime en milonga, c’est celle des cheveux propres, du savon, du parfum. Celle du bonbon à la menthe ou du café. L’odeur de la transpiration en milonga est inévitable, mais elle peut être agréable. Elle est l’autre, elle révèle un peu plus qui il est. Cela fait partie

Continuer à lire…

Chroniques Porteñes #31 – Les pénibles de la milonga épisode 2

J’en parlais dans cet article : il y a en milonga (et comme partout d’ailleurs), des pénibles. Il y en a de toutes les sortes, et plus on sort, plus on se rend compte que ce qui paraissait normal dans une milonga devient presque un outrage lorsqu’on a compris que

Continuer à lire…