Chroniques Porteñes #34 – Les grossiers de la milonga

Appuyée contre le bar de la Viruta, je regardais la piste tout en me délectant de la si bonne musique que passe « le Pebete », un grand du tango. J’étais installée à côté de mon compagnon, et d’un grand danseur milonguero très traditionnel, avec qui nous discutions. Un type passe, une fois, me reluquant de la tête aux pieds, sans aucune gêne. Il passe une seconde fois, s’approche de moi (à 40 centimètres). Moi, je regardais ailleurs depuis qu’il s’était approché, de manière très explicite, afin qu’il comprenne que je ne voulais pas qu’il tente un cabeceo. Mais il a marmonné quelque chose entre ses dents. Je l’ai regardé, « Pardon? » Je l’ai vu regarder mon compagnon, puis moi, mon compagnon de nouveau, puis il m’a répondu : « Tu danses? » Non! Il m’a paru terriblement grossier. Nous étions ainsi, assis tous les trois au bar, et il était évident que je ne cherchais pas un instant à être invitée à danser. Il est arrivé ainsi, sans gêne ni aucun respect d’abord pour les codes du tango, mais les codes de société ! Le vieux milonguero est devenu comme fou, en disant qu’il était incroyablement grossier et choquant, qu’aujourd’hui on ne respectait plus rien dans la milonga. J’avais déjà écrit sur le thème du cabeceo, que certains paraissent obstinément renier, alors qu’il s’agit pourtant d’une forme simple et peu compromettante d’inviter. Ceux-là s’efforcent à ne pas faire de cabeceo, et veulent forcer les femmes à danser. Ils ne paraissent pas bien saisir que lorsqu’une femme regarde ailleurs, de façon très suggestive, c’est qu’elle ne souhaite pas être invitée… Serait-ce compliqué à comprendre ? Femmes, je vous en prie, refusez toute invitation barbare (c’est à dire un homme qui ne vous fait pas de cabeceo) d’un inconnu qui viendrait vous chercher ainsi. Parce que certainement, il ne connait pas les codes, et les femmes qui acceptent ce mode d’invitation sont coupables parce qu’ainsi elles encouragent ces types à recommencer. Et certaines femmes invitent aussi de cette façon, qui est la pire qui soit…

En conclusion, homme ou femme, n’invitez pas ou n’acceptez aucune invitation autre qu’avec le cabeceo (bien sûr je ne parle pas là des amis proches ou des petits-amis…)

8
Photo By: Movie "The Spoiler"
1 Discussion on “Chroniques Porteñes #34 – Les grossiers de la milonga”
  • En muchos sitios la gente está hablando sin prestar atención y sí quieren bailar; y esa parte del código de no sacar a otra pareja durante una tanda cuando la primera persona preguntada ha dicho que no tampoco se conoce o se ve mal.

    No hay que enfadarse por eso, hoy en día en muchas partes los códigos no se siguen tan estrictamente.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.